Le BDSM et la soumission féminine dans toute sa splendeur

Le BDSM et la soumission féminine dans toute sa splendeur

7 octobre 2020 0 Par David

Ensemble de pratiques sexuelles et contractuelles souvent utilisées par une certaine catégorie de personnes, le BDSM (Bondage, Discipline, Domination, Soumission, Sadomasochisme) désigne la douleur, la contrainte, l’humiliation érotique ou encore la mise en scène de divers fantasmes sexuels. Ces pratiques se basent sur un commun accord entre deux parties. Si vous aussi votre curiosité vous pousse à vous essayer à ce jeu interactif de domination et de soumission avec votre partenaire, il est important d’avoir à votre connaissance certaines informations avant de vous lancer. C’est dans cet objectif que nous vous avons préparé quelques conseils de spécialistes sur une partie (Domination et soumission sexuelle) du BDSM.

Que comprendre de la pratique de la soumission de façon concrète ?

Une des pratiques du BDSM, la domination et soumission est un ensemble de techniques de discipline et d’attachement. Dans la pratique, il est seulement mentionné la soumission pour définir la domination et la soumission dans sa globalité. Souvent, cela commence un peu soft avec de simples jeux entre amoureux où chacun doit suivre un scénario défini d’avance.

Cela peut être un professeur qui essaie d’inculquer les bonnes manières à un élève indiscipliné ou encore une policière qui vient d’arrêter un voleur. Ceux qui préfère le hard au soft, utilisent souvent des cordes pour s’attacher, des fouets pour fouetter le/la soumis(e) ou encore font recours à l’humiliation qui peut se faire en privé ou en public. Dans le second cas (la pratique en public), il est souvent question de soirées BDSM organisées après avoir passé des annonces sur le Net. Pour y participer, le dominant et la soumise s’y rendent souvent en couple. Si vous êtes à la recherche d’une Domina, sachez qu’il vous est possible de vous rattacher les services d’une dominatrice Paris.

Ce sont souvent des couples qui souhaitent mettre un peu de piquant dans leur vie sexuelle qui s’adonnent à ce jeu. Lors de ces soirées, les soumises s’y rendent rarement seules pour rechercher un dominant. Dans le cas de la domina par contre, il y a de fortes chances d’en croiser lors des soirées. La domina peut se voir rapidement entourer de soumis qui, feront exprès d’attirer son attention. Cela est devenu une activité à part entière rentable pour les domina de telle façon que certaines en ont fait une activité professionnelle en proposant des offres sur mesures aux soumis(e) s. Il est aussi possible de tomber sur d’autres combinaisons de couples dominants soumis, mais ce sont souvent dans les clubs homosexuels. Peu importe la connivence et la combinaison des relations, une confiance l’un envers l’autre doit subsister pour que les pratiquants puissent lâcher prise tout en tirant le maximum de plaisir possible.

La soumission sexuelle : les deux grandes parties

Dans une relation de domination-soumission, l’appartenance à son partenaire est un fantasme que l’on retrouve le plus souvent. Cela se matérialise très souvent par des colliers autour du coup du soumis ou de la soumise et bien d’autres manières. Pour le 1er cas, vous pouvez contraindre votre partenaire à l’abstinence. Cela se fait à l’aide d’une cage de chasteté qui se place sur son sexe pour le priver d’une possible érection dans le cas d’un homme ou dans le cas d’une femme, à l’aide d’anneaux qui se placent sur les grandes lèvres. Avec l’un ou l’autre, vous le bloquez avec un cadenas et gardez la clé. Même si l’utilisation de cette ceinture de chasteté se fait rare dernièrement, elle reste une alternative à envisager.

Pour le 2nd cas, le maître ou la maîtresse a la possibilité de contraindre le ou la partenaire qui est soumis(e) à se laisser mener avec un autre partenaire sexuel qu’il sélectionnera au choix. Généralement, la personne qui est offerte est considérée comme offrande ou un objet en somme. C’est aussi une sorte d’humiliation qui est tout de même appréciée par les concernés. Toutefois, précisons que même si les apparences peuvent tromper, il ne s’agit que d’un jeu avec un consentement au préalable de la personne soumise.

Autres pratiques lors de la domination-soumission : les jeux d’humiliations cérébrales

Pour donner toute son importance à l’humiliation, plusieurs formes de soumissions cérébrales existent. Vous pouvez contraindre la personne soumise à adopter des comportements d’animaux tels que le chien, le chat ou encore un poney. Les noms donnés à cette pratique sont petplay lorsqu’il s’agit de chien et de chat et ponyplay dans le cas du poney. Le dominant est ici un dresseur ou un soigneur qui se chargera d’avoir une certaine relation avec son animal. D’autres couples ou partenaires pour vraiment entrer dans la peau des personnages qu’ils jouent, utilisent des costumes des animaux pour la soumise et des habits en cuir pour le dominant. Ce dernier promène le/la soumis(e) un peu partout dans la chambre ou au salon avant de commencer par lui donner des ordres à respecter.

Il est vrai que les pratiques fétichistes sont très représentées par les rôles animaliers quand on parle de BDSM, mais ce qui est beaucoup plus fréquent est le travestissement du soumis. Ce dernier porte souvent des talons hauts en portant des dessous très sexy en cuir ou pas. Il arrive des fois où les soumis sont totalement nus et s’exposent dans une situation que l’on peut qualifier d’indécente. À en croire leur dire, toutes ces pratiques leur procurent de plaisirs intenses. Parfois même à des soirées, vous verrez des couples où l’homme se met en talon haut. Vous pouvez qualifier cela d’acte de féminisation. C’est vrai qu’en apparence ce n’est pas faux, mais cela n’atténue en rien la virilité de l’homme. S’ils le font, c’est plutôt pour satisfaire un fantasme de leur conjointe pour ‘’pimenter’’ leur vie sexuelle.

Certaines personnes se demandent s’il est nécessaire d’être masochiste avant de se faire soumettre. Cela reste un complexe, car, pour les néophytes, c’est le côté masochiste qui pousse les pratiquants à s’adonner à ces différents jeux érotiques. Les sadomasochistes par contre considèrent cela comme une simple pratique du BDSM qui peut être exécutée sans aucun acte SM. Si nous laissons un tant soit peu les fessées données à main nue, ces derniers (les SM) font souvent usage d’accessoires très variés comme des fouets qui laissent des marques incisives ou encore les martinets. Vous devez savoir gérer les séances de soumissions si vous n’avez pas l’habitude. N’ayez aucune honte à vous rapprocher des professionnels pour vous faire conseiller.